Ministère SAR SHALOM-Gloire d'Israel
Lumière des Nations-La Menorah


Click here to edit subtitle

Cette semaine,  nous allons aborder le thème crucial du Pardon. Il y a tellement de domaines de notre vie qui sont liés à ce point !
Le but de ce dossier, écrit par Gérard Ducrozet de Famille Je T'Aime, est de nous aider à mieux comprendre les avantages du pardon pour notre vie et comment y parvenir.


Je savais le pardon difficile à pratiquer, mais je le pensais simple à comprendre. En réalité, ce mot simple recouvre une réalité complexe aussi bien du point de vue théologique que psychologique. Mais quand il s'agit de faire une démarche de pardon ou d'encourager quelqu'un à pardonner, il vaut mieux être au clair sur le sujet

Quelles sont vos croyances relatives au pardon? Sur quoi reposent-elles ? Peut-on tout pardonner ? Quelle est la puissance de votre foi dans ce domaine ? Existe t-il des conditions au pardon ?... Ces questions seront déterminantes dans la manière avec laquelle vous allez intervenir dans la vie et l'histoire des personnes.

Pourquoi pardonner ?

•    Parce que Dieu nous le demande. C'est un acte de soumission au Seigneur. (Colossiens 3:13; Matthieu. 6:14-15.) 
    
•    Parce que Dieu nous pardonne. C'est une conséquence du pardon reçu. (Matthieu 18:23-35). C'est une marque et une mesure de notre propre expérience de la grâce de Dieu.
    
•    Parce que pardonner c'est imiter Dieu
    "...Vous pardonnant réciproquement, comme Dieu vous a pardonné en Christ. Devenez donc les imitateurs de Dieu..."  Ephésiens  4:32 - 5:1
    
    Pardonner c'est revêtir l'homme nouveau et entrer dans notre identité en Christ, devenir conforme à ce que nous sommes en Christ. Pour pardonner, nous devons croire que Dieu donne à la personne habitée par le Saint-Esprit les ressources intérieures pour le pardon.
    
•    Parce que le refus de pardonner nous éloigne de la communion avec Dieu
    
    Dans le Notre Père, nous demandons à Dieu de nous "pardonner nos offenses comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés". Matthieu 6:12
    
    Matthieu 6:14-16 "Si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père Céleste vous pardonnera aussi, mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, notre Père Céleste ne vous pardonnera pas non plus vos fautes"
    
    Je crois que Jésus ne parle pas ici d'un pardon de salut (Il n'y a pas de mérite en ce qui concerne le salut) mais d'un pardon de communion avec le Père en tant qu'enfant. Quand nous sommes offensés, nous devons comprendre que le non pardon est un obstacle à nos prières et à la bénédiction de Dieu sur notre vie, alors que le pardon va nous introduire dans une intimité nouvelle avec le Seigneur, rendre nos prières efficaces et libérer l'action de Dieu dans notre situation.
    
    Certains diront : "Je ne peux pas pardonner". La question première n'est pas de pouvoir (c'est la puissance de Dieu) mais de vouloir. Tant que nous résistons à la décision de pardonner, nous résistons à Dieu et Il nous résiste.
    
•    Parce que le refus de pardonner nous livre aux tourments (Matthieu 18:23-35)
    
La parabole du serviteur impitoyable se termine dans les tourments. Le maître livre aux bourreaux le serviteur impitoyable qui refuse de pardonner et d'offrir la grâce qu'il a lui-même reçue.
    
    Quels sont les bourreaux qui tourmentent ceux qui ne pardonnent pas ?  L'amertume, la haine, la rancune, le désir de vengeance, la pitié de soi, l'esprit de jugement... "Voilà comment mon Père céleste vous traitera si vous ne pardonnez pas". Vous serez livrés aux tourments de ces  bourreaux. Vous serez prisonniers de ces pensées et de ces sentiments que vous ne voulez pas abandonner. Ils vont vous tourmenter et vous détruire. Au départ, ces murs que vous dressez devant la personne qui vous a blessé, vont assurer une certaine protection, mais petit à petit vous allez construire votre propre prison et vos tourments.
    
•    Parce que le refus de pardonner infeste ceux qui nous entourent.  Hébreux 12:14-15
    
   Si l'amertume et la colère contrôlent notre vie nous allons développer un style de vie et de relation contrôlés par cette colère. De façon souvent inconsciente, la personne qui n'a pas pardonné, qui n'a pas coupé avec son passé, le reproduit dans son couple, avec ses enfants et infeste toute la famille. C'est le constat souvent tardif de cette réalité qui amène les personnes à chercher de l'aide.
    
•    Parce que le pardon est nécessaire à la réconciliation. (Matthieu 5:23-26; Romains 5:8-11)
    
    On ne va jamais loin dans la relation sans l'exercice du pardon. Vous ne pourrez jamais construire de relations profondes et durables si vous ne savez pas pardonner.
    
    Dans le pardon, Dieu vise la réconciliation. Si vous ne pardonnez pas vous ne pourrez pas vous réconcilier. Mais il ne faut pas confondre le pardon et la réconciliation, même si les deux sont très liés. Dans une démarche de pardon, il est important de les dissocier et de ne pas penser d'abord réconciliation. Parler réconciliation avant pardon, c'est mettre la charrue avant les bœufs. Si la personne blessée est amenée trop vite à penser réconciliation sans un travail préalable, elle risque de ne pas  pardonner ou de donner un pardon à bon marché qui ne créera pas les conditions nécessaires à une vraie réconciliation. Une démarche de pardon commence par une démarche personnelle devant Dieu avant d'être une démarche extérieure vers l'offenseur. Si nous voulons aider quelqu'un à cheminer dans une démarche de pardon, nous devons respecter son état émotionnel et ne pas pousser cette personne trop vite vers la réconciliation. Il y a des étapes, un processus. C'est le Saint-Esprit qui va agir.

    
    Jusqu'où pardonner ? Existe- t-il des limites au pardon ?

•    La mesure de la grâce, c'est la grâce de Dieu.

"Là où le péché a abondé la grâce a surabondé" Romains 5:20. La grâce de Dieu est plus forte, plus grande que le péché.

Attention. Je parle ici du pardon offert, qui est gratuit, pas du pardon de communion avec l'offenseur.

Pardonner : Est-ce oublier l'offense ?


L'Ecriture dit que Dieu ne se souviendra plus de nos péchés.

"Car je pardonnerai leur iniquité, je ne me souviendrai plus de leur péché" Hébreux 10:17 (Jérémie 31:34)

"C'est moi, moi qui efface les transgressions pour l'amour de moi. Et je ne me souviendrai plus de tes péchés"  (Esaïe 43:25)

"Quel Dieu est semblable à toi, qui pardonnes l'iniquité et qui oublies les péchés du reste de ton héritage? Il ne garde pas sa colère à toujours, car il prend plaisir à la miséricorde. Il aura compassion de nous, il mettra sous ses pieds nos iniquités; tu jetteras au fond de la mer tous leurs péchés." Michée 7:18-19

C'est la même idée que l'on retrouve dans le psaume 103.12 : Autant l'orient est éloigné de l'occident, autant il éloigne de nous nos transgressions. Jusqu'à un certain point, l'oubli peut résulter du pardon, mais ce n'est ni la condition ni la preuve du pardon.


Définition du pardon

Le pardon est une notion qui est très mal comprise chez les non chrétiens comme chez les chrétiens. Selon le Petit ROBERT, pardonner c'est : Tenir une offense pour non avenue (pas arrivée, inexistante), renoncer à ‘' tirer vengeance de..."
Synonyme : Oublier, remettre, passer, absoudre, gracier.


Pardon humain et pardon divin

Les similitudes entre les deux

1) Le pardon humain est aussi une grâce, comme le pardon divin (Matthieu 18:23-35). L'offenseur n'a pas à le "mériter" comme nous ne méritons pas le pardon de Dieu. La repentance de l'offenseur n'est pas un prix qu'il doit payer pour que nous lui pardonnions.
    
2) Le pardon humain est un pardon offert à l'offenseur. Une démarche de pardon consiste donc premièrement à rendre le pardon disponible pour l'offenseur. Cette démarche est totalement personnelle et intérieure. Elle précède la repentance de l'offenseur.
    
3) Le pardon accordé qui rétablit la relation.


N'est-ce pas plutôt ce pardon du croyant que nous devons imiter ? Parce que nous n'avons pas à exercer, en tant qu'individu, la justice à la place de Dieu, de la société ou de l'église.
Le pardon humain signifie la remise d'une peine méritée. Le pardon divin n'est accordé qu'après l'exécution de la peine.  A cause de sa justice, Dieu ne pouvait pas nous témoigner sa bienveillance sans expiation. Il fallait que Dieu soit apaisé envers nous, ce qui nécessitait un juste châtiment du péché. Pour qu'il y ait réconciliation entre le Seigneur et nous, il ne suffit pas que nous changions d'attitude... Il fallait que Dieu exerce sa justice. Dans le pardon divin, Dieu ne pouvait pas ne pas être juste (Romains 3:26). Dieu nous a réconcilié avec lui en Christ, sans imputer aux hommes leurs fautes (2 Corinthiens 5:18-19) Même s'il peut être nécessaire dans certains cas de sanctionner la faute par la discipline de l'église ou par une action en Justice, on ne peut pas considérer que le pardon humain doit impérativement être précédé d'un châtiment.


Les différences entre les deux

1) L'offense-péché d'autrui à mon égard. Je n'ai pas à le justifier à bon compte, à le banaliser, à l'accepter, à le pardonner sans condition, notamment de repentance.

"Le danger du pardon à trop bon marché est signalé dans l'affirmation du prophète: "Si l'on fait grâce au méchant, il n'apprend pas la justice, il se livre au mal dans le pays de la droiture, et il n'a pas égard à la majesté de l'Eternel" Esaïe 26:10

2) L'offense-blessure me concerne, moi, dans ma responsabilité de décider de ce que je fais avec cette blessure. La légitime colère : Vais-je la recevoir comme un hôte passager ou comme un habitant permanent qui va tisser sa toile d'amertume, de haine, désir de vengeance...

Luc 17:3 "Si ton frère a péché, reprends-le, et s'il se repent, pardonne-lui". Il est vrai que pardonner n'est pas tenir le coupable pour innocent,  pour l'encourager dans son péché. Nous devons nous protéger aussi du péché des autres. La réconciliation n'est pas forcément souhaitable si la personne persiste dans son état de péché. Il ya légitimité devant Dieu de dire que, dans ces conditions, une relation d'amour et d'unité n'est pas possible. Mais la démarche intérieure de pardon est possible.

4) Le Modèle divin du pardon. Dieu ne nous pardonne que si nous sommes repentants. Il est vrai que nous sommes au bénéfice du pardon de Dieu si nous confessons nos péchés et que nous nous repentons. Sinon, nous restons dans nos péchés, la colère de Dieu contre le péché demeure sur nous, nous ne sommes pas réconciliés avec Dieu et nous sommes privés d' une relation nouvelle avec lui.

Est-ce qu'on peut en conclure que l'on ne doit pardonner que s'il y a repentance?

Nous tenterons de répondre à cette question la semaine prochaine. D'ici là, nous vous invitons à méditer là-dessus !

                                                            Ducrozet Gérard (FJA)   http://www.famillejetaime.com/

Oops! This site has expired.

If you are the site owner, please renew your premium subscription or contact support.